Aider les démunis grâce aux soins de santé et à l’éducation
« Nous sommes des gens ordinaires liés par le double commandement de Notre-Seigneur : l’amour de Dieu et l’amour de son prochain. Voilà pourquoi nous nous consacrons à la cause de nos frères et sœurs moins privilégiés que nous. » Le Père Andrew Cuschieri L’Association canadienne de l’Ordre de Malte a noué des relations durables avec un certain nombre d’organismes soutenant les soins de santé, l’éducation et le développement social dans la région de Cochabamba (Bolivie).
Grâce aux collectes de fond et aux qualités de chef d’un membre décédé de l’Association canadienne, le Père Andrew Cuschieri, la ville de Colcapirhua, en banlieue de Cochabamba, profite désormais d'un hôpital général en bon ordre et de deux écoles polyvalentes. Ces institutions sont administrées par l'archidiocèse de Cochabamba et soutenues par The Human Family in Christ Society, une organisation laïque canadienne fondée par le Père Cuschieri. La société recueille des fonds pour ses projets de construction et leur entretien continu et pour parrainer des projets de santé et bien-être ainsi qu'éducationnels pour les démunis. Dépendant exclusivement d’un personnel bénévole, l'organisation du Père Cuschieri n'a pas de frais généraux : les dons proviennent de partout au Canada avec la certitude que tous les fonds recueillis bénéficieront aux pauvres directement. Deux écoles et un hôpital ont été construits dans le district de Cochabamba (Bolivie). Les écoles, le Colegio San Lorenzo et la Sagrada Familia, enseignent aux élèves de la maternelle à la fin du secondaire. Elles fonctionnent en deux quarts de travail : les classes du matin s’adressent aux élèves du secondaire et, l’après-midi, les élèves du primaire y apprennent les connaissances fondamentales. Les deux écoles comptent à l’heure actuelle plus de 2 500 élèves, ce qui témoigne de la qualité du personnel enseignant. L’hôpital de Colcapirhua est petit, mais bien équipé. Il comporte deux salles d’opération, une salle d’accouchement, une salle d’urgence, des salles de soins pédiatriques, une clinique externe, une pharmacie, un laboratoire, un cabinet dentaire, une salle de radiologie, une salle d’ultrason et des services de physiothérapie et d’ophtalmologie. L’équipement de l’hôpital provient dans une large mesure de dons de matériel excédentaire d’hôpitaux canadiens et de médecins et dentistes partant à la retraite. Des cliniques apparentées à l’hôpital existent aussi en banlieue. L’Association canadienne contribue au programme de parrainage d’enfants à Colcapirhua, que l’hôpital administre, pour la deuxième année de suite. Chaque enfant parrainé se voit garantir une saine nutrition, de bons soins de santé et de bonnes études. En reconnaissance du travail du Père Cuschieri, la République de Bolivie lui a décerné sa plus haute décoration civile, l’Ordre du Condor (« El Condor de Andes »). On a diagnostiqué chez le Père Cuschieri une forme incurable de cancer du poumon (mésothéliome malin) avant l’établissement de la mission bolivienne. Après l’aggravation rapide et débilitante de son état de santé, il se rétablit subitement, au point de pouvoir diriger l’achèvement de l’hôpital, de deux écoles et de plusieurs églises avant de décéder deux ans plus tard. Bon nombre de ses proches collaborateurs et amis considèrent sa guérison comme miraculeuse. La portée des activités du Père Cuschieri a été élargie à l’été 2000, lorsque l’Association canadienne a parrainé deux étudiants en médecine de l’Université de Toronto et facilité leur participation à un projet pilote de sensibilisation du public à la maladie de Chagas à Cochabamba. Un autre membre de l’Association canadienne, Willlem Langelaan, a réussi à mettre sur pied un projet agricole en coopération avec l’Agroecologia Universidad Cochabamba (AGRUCO), un institut de recherche et de développement agricoles de l’université San Simone de Cochabamba. Le projet vise à réduire la faim et la pauvreté dans les localités agricoles de la région andine de la Bolivie. Les femmes sont habilitées à utiliser leurs connaissances et leurs techniques traditionnelles d’ensemencement et de récolte qui sont essentielles à la prospérité de leurs localités. Le projet est financé par une subvention de l’ACDI.