L'Association canadienne de l'Ordre de Malte célèbre son 60ième anniversaire

Ottawa, 1/27/2013

 

photo : Hommages du très honorable Édouard Thibaudeau Rinfret, juge en chef de la Cour Suprême du Canada et premier président de l’Association canadienne, au cardinal Paul-Émile Léger.  Derrière le président, le comte Robert W. Keyserlingk et M. Quintin J. Gwyn.  Debout, le chanoine Emmett G. Carter, alors chapelain de grâce magistrale et future cardinal archevêque de Toronto.

 

 

L’Association canadienne de l’Ordre de Malte fut incorporéele 27 janvier 1953 par une charte fédérale à titre d’organisme caritatif le 27 janvier 1953.  Les premiers chevaliers formèrent le premier conseil d’administration de l‘Association canadienne avec le juge en chef Thibaudeau Rinfret élu à la présidence et M. Quintin J. Gwyn comme chancelier.  Celui-ci devait devenir président de l’Association plus tard avant d’accéder à la dignité et aux hautes fonctions de grand chancelier de l’Ordre à Rome.

Il aura fallu attendre le 20e siècle pour que l’Ordre s’établisse officiellement au Canada.  C’est à la faveur du congrès eucharistique de Québec, en 1948, que l’idée d’une fondation canadienne de l’Ordre souverain hospitalier militaire de Malte fut abordée.

         Deux gentilshommes de la maison pontificale accompagnaient le légat, le Cardinal Rodrigue Villeneuve, archevêque de Québec et primat de l’Église canadienne.  Il s’agissait du comte Nicolà Nasalli Rocca et de l’avocat Alberto Garabelli, tous deux chevaliers de Malte au grand prieuré de Rome. De Québec, le chevalier Garabelli s’était rendu à Montréal, mandaté par le grand magistère pour y « faire une enquête sur la possibilité de la création d’une association canadienne. » Il eut des rencontres avec des personnalités catholiques canadiennes de premier plan, notamment avec le comte Robert W. Keyserlingk et M. Quentin Jermy Gwyn.

Comme la constitution de l’Ordre souverain exigeait un minimum de sept chevaliers pour créer une association nationale, le chevalier Garabelli revint à Montréal en 1950 pour admettre dans l’Ordre, in gremio religionis, les sept personnalités suivantes : le très honorable Édouard Thibaudeau Rinfret (†1962), juge en chef de la Cour Suprême du Canada, le colonel Thomas Guerin (†1963), M. Quintin J. Gwyn (†1994), le comte Robert W. Keyserlingk (†1990), le lieutenant-colonel J. Darley LeMoyne (†1976), M. Daniel de Yturralde y Orbegoso (†1980) et le lieutenant-colonel Desmond Clarke (†1976).

La vie active de l’Association canadienne débuta par une messe en la chapelle de l’Université de Montréal, célébrée par Monseigneur Olivier Maurault, p.s.s., protonotaire apostolique, recteur de l’Université et chapelain conventuel de l’Ordre (†1968), et qui fut, selon feu le Cardinal Carter dont il avait été en quelque sorte le mentor, l’un des fondateurs exceptionnels de l’Association canadienne.

         Le distingué prélat et universitaire rappela dans son homélie les paroles prononcées par Pie XII au sujet de l’Ordre de Malte, « à savoir que longtemps avant que les nations en viennent à établir des organismes internationaux, l’Ordre avait réuni les hommes de huit pays différents pour les faire se consacrer à la défense de valeurs spirituelles : la paix, la foi, la justice et l’ordre social. »

Commentant la fondation de l’Association canadienne, un journal de l’époque écrivait : « La première mesure posée par l’association canadienne a été la création d’un corps auxiliaire de volontaires (sic) prêts à donner un peu de leur temps et de leur dévouement pour aider les nombreuses institutions et organisations charitables. »

         Le comité chargé de ce premier corps d’auxiliaires était présidé par Madame William Van Horne, née Hannan (†1987), dame de l’Ordre admise en 1953.

Le Cardinal Paul-Émile Léger (†1991), archevêque de Montréal, fut admis dans l’Ordre à Rome en qualité de bailli grand-croix d’honneur et de dévotion en 1954, le premier à porter cette dignité au Canada.  En présence du lieutenant du grand magistère ad intérim, le comte Antonio Hercolani Fava Simonetti (†1962), le Cardinal avait déclaré : « La dignité que l’Ordre de Malte me confère en ce moment n’est pas une simple décoration.  L’étoile des Chevaliers de Malte brille au ciel de l’Histoire d’un éclat particulier et si le monde moderne marchait dans ses feux, il retrouverait le havre de paix …. ».

L’Association canadienne parrainera plusieurs activités au cours de cette année afin de commémorer dignement cette importante étape, y compris le 900e anniversaire de la bulle du Pape Pascal II, Pie postulatio voluntatis, de plus important document dans toute l’histoire de l’Ordre.  La bulle reconnaissait, bénissait et approuvait notre Ordre comme un institut religieux et l’exemptait de toute autorité civile ou ecclésiastique, autre que celle du pontife lui-même, d’où son importance.